La semaine de Zemmour

Dans un article accordé à Figaro vox, Jean François Kahn évoque un lynchage médiatique à l’origine du remerciement de Zemmour. On ne peut le nier. I-télé a cédé à la pression médiatique alors qu’il avait été engagé en connaissance de cause pour alimenter un débat contradictoire pourvoyeur d’audience.

Le procédé utilisé peut être dupliqué à l’envie. Se saisir d’un mot, d’une phrase et la sortir de son contexte n’est pas très difficile. La rendre virale encore moins. Le résultat est ici imparable : l’éviction de celui qui dérange dans le contexte actuel. Un autre dérangera peut-être une prochaine fois.

Loin d’approuver le contenu des propos de M. Zemmour, je dois bien reconnaitre que tout le monde ne partage pas mon avis. Ses livres se vendent. Les émissions auxquelles ils participait avaient de l’audience
Le débat Français va-t-il consister en l’effacement médiatique des pensées qui ne sont pas politiquement acceptables, conduisant à l’hégémonie d’une pensée unique et raisonnable.

L’éviction de Zemmour conforte une partie de la population dans son sentiment de non reconnaissance et d’injustice. Puisqu’elle ne se sent plus représentée par sa parole, elle s’exprimera différemment.
Son exclusion fait de lui un martyr pour une frange de la population et le positionne en rebelle. C’est ainsi que certains cultes de la personnalité favorable à la radicalisation se dessinent.
La triste semaine de Zemmour est peut-être un joli cadeau de Noël au Front National.

Une démocratie fonctionne bien si elle laisse la place au débat. Les lois existent et sont là pour punir les faits de racisme, d’apologie de crimes de guerre ou de négationnisme. Les dirigeants d’I-télé paraissent avoir pris une décision d’urgence dans la précipitation. On peut le concevoir, la pression était importante. Mais ces situations justement sont celles qui nécessitent le plus de recul.

ACHATS DE NOEL

Dernière minute pour vos achats de Noël. Pourquoi ne pas offrir un livre. Sous la couette, avec un chocolat chaud…Un bon livre… Un peu de magie.
• Pour un amateur d’intrigues criminelles bien ficelées choisissez le dernier Maxime Chattam : la patience du Diable.
Si votre loulou a le cœur bien accroché, s’il est adepte des théories du complot, il va adorer !
Pour les âmes sensibles s’abstenir, c’est à mourir de peur….
Une envie de prolonger le voyage, optez pour la conjuration primitive du même auteur.
Maxime Chattam est psychologue de formation, il se consacrera très tôt au métier d’écrivain. Oscillant entre Sciences fiction et sciences criminelles, il est un auteur reconnu dans le domaine des thrillers viscéralement angoissants. Il offre une représentation réaliste du monde des analystes comportementaux (profileurs) Français, et du travail criminalistique. Son travail précis et rythmé offre des romans dont on ne se remet jamais réellement.
• Envie de réflexion sur soi en toute sérénité, envie d’être au monde différemment : offrez-vous ou offrez un livre de Boris Cyrulnick.
Vous pourriez lire ou offrir, sauve-toi, la vie t’appelle et découvrir le parcours d’un enfant traumatisé par la Seconde Guerre Mondiale. A travers ses yeux, on comprend la souffrance lorsque la parole est interdite.
Vous pourriez choisir un autre de ses livre comme : mourir de dire : la honte, cette curieuse sensation de se savoir différent et de le taire qui nous tue à petit feu.
Peut-être préfèrerez-vous le murmure des fantômes parce qu’il évoque le cas de Marylin Monroe.
Boris Cyrulnick est neuropsychiatre, éthologue. Déporté pendant la Seconde Guerre Mondiale, il est à l’origine du concept de Résilience (développé dans son livre « Un merveilleux Malheur). Il pourrait être qualifié de réaliste optimiste. Son dernier livre les âmes blessées offre une vision humaniste du monde psychiatrique.

• Pour achever 2014 dans la réflexion, deux propositions :
La démocratie des Crédules de Gérald Bronner. Gérald Bronner décortique les mécanismes qui permettent à des faits imaginaires, parfois mensongers de se diffuser tout en emportant l’adhésion du public. Il se questionne également sur la manière dont ces rumeurs peuvent en arriver à infléchir les décisions des politiques, en bref à structurer le monde dans lequel nous vivons. NOTRE MONDE

La France périphérique, comment on a sacrifié les classes populaires de Christophe Guilluy. L’auteur de « Fracture Françaises » est géographe. Dans son livre, il explique que la France périphérique représente 60% de la population, mais reste invisible aux yeux des élites. Il évoque ainsi une France vulnérable, éloignée des grandes villes et victime de la mondialisation. Dans son livre, il explique pourquoi et comment les classes populaires sont les oubliées du projet économique et social des dirigeants. Le pourquoi de leur transparence.