Terroristes, violeurs et violents conjugaux : même combat?


Droits des femmes-Droits humains @cdo

Tous les posts ne connaissent pas le même sort. Entre ceux qui restent coincés à l’étape « ruminations diverses et variés », ceux qui ne dépassent jamais le stade du brouillon et ceux qui atterrissent dans la corbeille avant même d’avoir vu le jour, je me demande parfois comment ce blog finit par se remplir.

Le post d’aujourd’hui est longtemps resté dans la case « ruminations », « on verra demain », « il vaudrait mieux éviter », jusqu’à ce que je croise un statut face book du « Collectif Droit des Femmes ».

Posté vendredi dernier, il met en avant une dizaine de femmes « qui se privent de nourriture » depuis un mois à Madrid pour lutter contre les violences au sein du couple, notamment les feminicide au sein du couple. Une démarche qui a le mérite de donner de la visibilité à un phénomène qu’elles qualifient de « terrorisme machiste ».

 

Une analogie loin d’être dénuée de sens

 

L’analogie entre les violences faites aux femmes et le terrorisme peut paraître racoleuse. Dépasser cette première impression est nécessaire pour s’intéresser au fond. Les femmes victimes de violences connaissent de manière individuelle ce que les groupes vivent de manière collective lorsqu’ils sont soumis à une (des) attaque (s) terroriste (s).

Les phénomènes de sidération,d’isolement, le risque d’évolution vers un état de stress post traumatique avec apparition d’hypervigilance et à l’extrême de symptômes psychotiques (persécution) sont le lot commun des victimes de passage à l’acte extrême.

Il est possible d’envisager un parallèle entre la spirale de terreur qui aspire un individu victime de violences conjugales allant crescendo (dénigrement, coups, isolement, harcèlement-menaces, coups +/- viol, menaces de mort, mort) et les mécanismes de l’effroi lorsque les groupes (et personnes qui les constituent) sont soumis à des actes de terrorisme.

Au-delà de la compréhension des victimes, l’analogie se situe aussi dans l’interaction auteur /victime

Pour dépasser les luttes idéologiques, autant rappeler d’emblée que les violences, le viol s’exercent d’un être humain (homme ou femme) vers un autre (homme ou femme). La situation la plus courante positionne cependant les femmes en victime de violences conjugales, de feminicide et de viol.

Lorsqu’on parle de violence conjugale, de viol, on ne parle pas d’amour ou de plaisir . On parle de la volonté forcenée d’un être humain d’en maîtriser un autre, de le soumettre à sa volonté, de réification. C’est bien là que l’on trouve le point commun avec la « mécanique » de déstructuration des actes de terrorisme. Cette volonté de s’imposer, d’imposer ses croyances ou ses valeurs, de « formater » l’autre (victime (s)) en fonction de ce que l’on est(agresseur), de nier toute forme d’altérité en la détruisant purement et simplement.

Cet ensemble permet d’expliquer très partiellement ce qu’il nous arrive en ce moment. Cliniquement, les individus victimes de violences conjugales graves, de viol mettent du temps à se remettre. Des années durant, certaines présentent des biais cognitifs interprétant parfois mal les signaux de leur environnement. Elles se sentent parfois agressées par des personnes neutres.

Vous connaissez la suite… Les groupes soumis à des attaques terroristes associés à une religion, ont parfois des craintes inappropriées …. Tout ceci, nous le savons.

Pourtant, entre la nécessité absolue de préserver nos droits et notre mode de vie sans céder à la terreur tout en évitant un « recul identitaire et raciste », l’équilibre est chaque jour plus difficile à trouver. Difficile, en effet, pour les victimes de violence massive d’être au monde en dehors de la peur de leur bourreau et de ceux qu’elles assimilent à ce dernier.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s