Génération Z : réapprendre l’inhibition de l’impulsivité


Génération Z, c’est petite poucette, cet enfant tout numérique au cortexte pré frontal ultra développé. Il est oeil, pouce, écran nous dit Michel Houdé dans sciences et Avenir, fonctionnant dans une quasi-automaticité, habitué aux automatismes, il est impulsif. Tout ceci se fait aux dépens de sa capacité « de synthèse personnelle et de résistance cognitive », nous rapporte également l’article.

Un enfant ou un jeune adulte prend un peu moins de distance avec son quotidien, manque de prise de recul pour résister à ses « réponses impulsives ». Il s’agit de stratégies cognitives, d’éduquer le cerveau des enfants au raisonnement logique, à la catégorisation, à la hiérarchisation de données, aux priorisations puis à la planification et à l’anticipation. Ceci passe par différents apprentissages : les maths, la lecture. Pour la lecture, j’insiste : un roman, un essai enfin une histoire à terminer, avec un début et une fin laissant place à l’imagination, à la curiosité et à l’attente.

Sur l’utilité du mécanisme de résistance cognitive, Michel Houdé rappelle qu’il peut avoir une utilité en matière de discernement : il permet de résister à une prise de décision absurde (même collective), à une croyance erronée (théorie du complot, légende urbaine ou autre). Il s’agit également d’un facteur d’intelligence interpersonnelle et de tolérance.

Une idée à la lecture de l’article : le facteur de résistance cognitive se travaille à tout âge….

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s