Journalistes : 7 Janvier 2015, il y aura un avant et un après


Les attentats du 7 Janvier 2015 ont soulevé un bouleversement émotionnel sans précédent en France. Après une phase de sidération, la dimension traumatique de l’évènement s’est manifestée par un besoin vital de rassemblement. Ne pas être passif face aux évènements était devenu essentiel.
La couverture médiatique de grande ampleur qui a accompagné cet épisode n’est pas étrangère à ce phénomène. Pour la première fois en France des évènements présentant un haut potentiel traumatique étaient relayés sans discontinuer par des chaînes d’information en continu. Chacun a aisément pu s’identifier aux acteurs d’un drame touchant aux fondements structurels de la société démocratique tels que nous la concevons. La proximité physique et culturelle a exacerbé cette perception au point que notre capacité d’élaboration individuelle s’en est trouvée dépassée. C’est dans ce contexte de tension que se sont déroulés les jours suivants. La France, sidérée par une première attaque, a découvert la répétition et l’insécurité. Le 8 Janvier, une policière municipale était tuée à Montrouge dans le Sud de Paris, la connexion avec l’attentat du journal satirique n’a pas été annoncée immédiatement. Le 9 Janvier, à trois semaines des commémorations de la libération du camp d’Auschwitz, quatre personnes de confession juive étaient assassinées par Amedy Coulibali dans une supérette de la Porte de Vincennes. Le terme d’otage était pudiquement utilisé pour évoquer cette attaque dont on apprendra plus tard qu’elle était liée à l’attentat de Charlie Hebdo. Simultanément au drame de l’hyper casher, une seconde prise d’otage se déroulait à Dammartin-en-Goëlle où les frères Kouachi prenaient possession d’une imprimerie. Cette situation inédite a donné l’impression au pays dans son ensemble d’être en situation de guerre. Dans ce contexte, la couverture médiatique a été prise à partie de toutes parts.

La couverture médiatique en question.

Certains philosophes comme Michel Onfray ont décrié une absence de prise de distance et d’élaboration chez les journalistes. Ce dernier s’est montré très critique sur le plateau de Laurent Ruquier devant ce qu’il considérait comme une absence de mise en perspective de l’actualité avec le contexte géopolitique. Il fustigeait au passage les chaînes d’information en continu. Ces dernières se sont vu reprocher un traitement de l’information dans l’immédiateté et manquant de discernement.

Ils ont ainsi été accusés d’une trop grande réactivité et d’une adhésivité aux évènements les conduisant parfois à se contredire dans les informations fournies, tout en comblant les vides par un flot de paroles descriptives afin de maintenir la couverture médiatique de «l’affaire ». La chaîne BFMTv a tout particulièrement été montrée du doigt. Elle a été accusée d’avoir mis en danger des otages cachés dans une chambre froide de l’hyper casher. Selon l’épouse d’entre eux, la chaîne aurait été en lien avec ces derniers alors qu’ils étaient cachés dans la chambre froide et relayé leur existence. Selon elle, le forcené regardait BFM Tv. Ces données ont, depuis, été démenties par la chaîne d’information. Quoiqu’il en soit, ces trois jours ont été marqués par une grande confusion. Sur un plan strictement théorique, l’éthique professionnelle et la déontologie préconisent d’apporter une information étayée et construite qui aide le public dans la compréhension de son environnement. Ceci étant dit, les évènements qui ont secoué la France du 7 au 10 Janvier ont provoqué un emballement médiatique et une confusion qui, en dehors de la dimension mercantile, relève d’un fonctionnement péri-traumatique. Les journalistes Français sont des professionnels de l’information mais ils se sont trouvés confrontés à une série d’évènements déstructurants totalement imprévisibles. Ils ont senti le vent du boulet et conscientisé leur propre mortalité. Maintenant, la vie doit repartir et si des erreurs ont été commises dans cette situation inédite, leur évaluation à distance permettra de faire différemment à l’avenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s