La Loi Veil, quarante ans déjà.


Simone Veil, le jour de l'adoption de la Loi Veil
Simone Veil, le jour de l’adoption de la Loi Veil

Le 17 Janvier prochain, la Loi Veil fêtera ses quarante printemps. L’évènement devrait être marqué par un discours de François Hollande Vendredi 16 Janvier à la Salle Olympe de Gouges à Paris selon le journal « La Parisienne ». L’anniversaire de la Loi Veil sera également commémoré par le Collectif « Féministes en Mouvements ». Celui-ci organise avec la quarantaine d’organisation féministe qu’il rassemble une journée pour le droit à l’avortement en France et en Europe, nommée : « bougez IVG ». Toujours selon la Parisienne, la Ministre de la Santé, Marisol Touraine y serait attendue. Les féministes veillent car l’obtention du droit à l’avortement fut l’objet d’un dur et long combat.

IVG, la petite Histoire

C’est après un dur combat que Simone Veil obtient la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse le 17 Janvier 1975. Rien ne lui aura été épargné, ni les insultes, ni la violence, ni même les larmes lors de son discours à l’Assemblée Nationale le 26 Novembre 1974, date à laquelle elle défendit son projet de Loi.  Il faudra ensuite attendre 1979 pour que la Loi Veil soit confirmée. Depuis 1982, l’IVG est remboursée par la sécurité sociale. Un décret  du 25 Mars 2013 porte ce remboursement à 100 % pour toutes les femmes. En 2001, le délai légal d’avortement est passé de 10 à 12 semaines. La loi pour l’égalité homme femme a consacré un droit inconditionnel à l’IVG. En France, une femme  n’a maintenant plus besoin d’invoquer la notion de « détresse » pour bénéficier d’une IVG, la notion a été supprimée le 23 Juillet 2014.

Le droit d’avorter demeure fragile, comme l’Espagne nous l’a récemment rappelé par la tentative de retour en arrière de son gouvernement. Quarante ans, c’est l’âge des bilans. Le moment de se demander, ce que l’on a fait avec l’acquis.

IVG en France : le bilan

Depuis 1975, le recours à l’avortement a baissé du fait d’une généralisation de l’accès à la contraception avec une stabilisation sur les 10 dernières années. Par ailleurs, on note que 33 % des Françaises ont recours à l’IVG une fois dans leur vie, 9,5 % des femmes y ont recours à deux reprise, et 4, 5% à 3 reprises selon la dernière étude de l’Ined publiée ce jeudi 15 Janvier. Le rapport souligne que si ces taux restent faibles, ils augmentent depuis les années 70. En moyenne, 215000 avortements sont pratiqués chaque année en France.

Selon le rapport de l’Ined, les IVG à répétition pourraient s’expliquer partiellement par un accès au soins inégalitaire en fonction de critères sociaux et territoriaux, avec un moindre accès à un gynécologue. Sont également évoqués la crise de confiance à l’égard des contraceptifs oraux, la faible efficacité des méthodes « dites naturelles », l’oubli de l’impératif du préservatif associé à un pluralisme des modalités relationnelles dans le champ sexuel. Pour finir, il existe une forte exigence de planification des naissance, les couple souhaitant un enfant lorsqu’ils sont « installés » dans la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s